Addiction

Dans un espace ouvert au public, destiné à la recherche d’emploi, un homme vient régulièrement pour profiter des ordinateurs mis à disposition. Mais peu à peu, ses voisins et les collaborateurs travaillant sur ce site, constatent que cet homme ne lit pas les offres d’emploi mais regarde probablement des films érotiques tout en se masturbant. Depuis il n’y a plus d’ordinateurs dans la salle …

Cette histoire (vraie) est un exemple d’intrusion de l’intime dans le cadre professionnel. Elle m’a donné l’idée d’écrire un petit mot sur l’addiction, même si rien ne me permet de dire que cet homme souffre d’addiction. En tous cas, cela m’a renvoyée au film « Shame » présentant particulièrement bien ce thème.

Quelques rappels étymologiques tout d’abord : cela apporte toujours un éclairage.

A l’origine (latine) ad-dicere signifie « dire à » au sens d’attribuer quelqu’un à une autre personne. C’est un terme qui correspondait dans le droit romain ancien puis au Moyen-Âge en Europe, à un arrêt du juge, désignant une « contrainte par corps ». Si un sujet n’était plus capable d’assumer les responsabilités et les dettes contractées à l’égard d’un plaignant, il était mis à disposition de ce dernier : un esclavage en somme.

Employé de façon courante par les Anglo-Saxons (to be addict to signifie « s’adonner à »), le terme d’addiction a surtout été utilisé en France dès 1990 dans le domaine de la psychopathologie.

 L’addiction sexuelle fait partie des addictions dites comportementales. Le processus est le suivant : répétition de la conduite, plaisir, manque, soulagement, centration, souffrance, tentatives d’arrêt infructueuses.
On considère que la dépendance devient pathologique à partir du moment où elle envahit l’existence du sujet au point de devenir le principal centre de préoccupation au détriment d’autres investissements affectifs, relationnels, sociaux, professionnels, familiaux, etc.
C’est cette dépendance pathologique qui amène les personnes à demander de l’aide pour s’en libérer.
Il sera alors important de resituer les symptômes dans la problématique personnelle de l’individu et de son histoire pour une recherche de sens. D’autres thérapeutes se concentreront uniquement sur les symptômes pour les enrayer et ainsi mettre fin à l’addiction.
Un lien est souvent constaté entre traumatisme et addiction. En cela l’EMDR ou l’hypnose sont des formes de traitement assez fréquemment proposées.
Je ne développerai pas ici le lien entre addiction et vie professionnelle mais il y aura des choses à dire. J’y reviendrai.
Pour aller plus loin :« les nouvelles formes d’addiction » (2004) de M. Valleur et J.C. Matysiak qui présentent, entre autres, la relation amoureuse addictive, l’addiction au sexe et l’addiction au crime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s