Bible, nudité, intimité

Dans la Bible, « découvrir la nudité » est utilisé à plusieurs reprises. Il s’agit d’un euphémisme pour décrire une relation sexuelle. Et cette nudité à ne pas dévoiler peut prendre le nom d’Erva (cf. Levitique) qui désigne littéralement la zone génitale. Il s’agit d’un mot hébreux dont la racine, commune à d’autres mots, amène plusieurs réflexions.

Ce terme désigne généralement l’organe sexuel masculin ou féminin mais la racine peut prendre des significations plus éloignées, renvoyant en particulier à l’idée d’écoulement de fluide (eau ou sang). Et curieusement, ce terme Erva signifie « eau courante » en gallois.

Certaines expressions bibliques utilisent Erva dans un sens différent : un mari peut par exemple répudier sa femme s’il trouve en elle « erva davar » c’est à dire un fait d’erva : une malséance, une faiblesse. Cela renverrait donc à une vulnérabilité, une faille, une fissure.

Organe génital, nudité, écoulement, faille … on constate que cette racine évoque l’orifice ou la fissure par laquelle peut s’écouler un liquide. Il s’agit également d’un lieu secret ou lieu qui secrète ! L’étymologie est commune en français : secrétio (séparation).

(J’en profite pour rappeler que sécarer (couper) a généré le terme sexualité).

Le lieu de la sécrétion est un point de jonction entre l’intérieur et l’extérieur. Erva pourrait donc se traduire « zone de sécrétion », lieu de passage. Le caché devient visible, le secret est dévoilé, le dissimulé est dénudé. Le risque est alors une « exposition sans médiation » de ce qui était caché. Les frontières disparaissent.

Progressivement, dans les textes ultérieurs, Erva ne qualifiera plus que l’organe sexuel féminin ou tout ce qui est en lien avec la sexualité féminine. Progressivement, seule la femme sera nue. On retrouve ce glissement en arabe : Farj désigne au départ le sexe de l’homme et de la femme, puis peu à peu ne décrira plus que l’organe féminin. Progressivement, la nudité devient féminine.

Par la suite, le terme Erva correspondra à d’autres parties du corps féminin dont l’exposition constitue potentiellement une suggestion sexuelle. Est ainsi définie comme nudité toute partie découverte susceptible de provoquer l’émoi de l’homme qui la voit ou l’entend (voix, chevelure, peau) d’où le besoin de couvrir, de taire, pour éviter toute stimulation.

La femme devient donc largement « erva-tique » un être secret, sécrétant dont la surface, comme une muqueuse, trahit l’intérieur du corps, presque un être sans peau, incapable de cacher son intérieur.

Ces quelques réflexions tirées de l’ouvrage de Delphine Horvilleur, « En tenue d’Eve« , donnent matière à penser …

(cf. également l’ouvrage du Moi-Peau » Anzieu sur la notion de frontière)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s