« Casier conjugal »

En référence au casier judiciaire sur lequel s’inscrit les peines, ou encore le casier du pêcheur qui se charge, le casier conjugal (selon mon interprétation absolument pas juridique) serait ce cumul de charges et de peines que traîne parfois le couple, sans réussir à s’en acquitter.

De la veille rancoeur à la dernière parole maladroite, en passant par l’insatisfaction sexuelle chronique, ce casier peut finir par empoisonner l’existence du couple et le mener à sa ruine.

La nature du lien, son existence, même ténue, sera à apprécier par le thérapeute. S’il est suffisamment fort, il pourra constituer une base pour reconstruire le couple à la demande des deux partenaires. Il peut s’agir d’un désir encore vivace, de la confiance toujours là, d’une tendresse perceptible, etc.

La sexualité est parfois restée vivante malgré les conflits. S’il ne reste ni désir, ni tendresse, ni baiser, ni geste attentionné, si le lien n’est plus que social, un lien d’apparat, certes, le couple peut continuer à vivre mais pour lui redonner du brillant, de la joie partagée, il faudra beaucoup de volonté de part et d’autre.

Il est toujours intéressant pour ce travail de repartir de la rencontre, de ce qui a fait lien tout au début, de retrouver ces premières émotions et envies, les premiers émois … des souvenirs et des ressentis passés qui pourront peut-être permettre de refaire surface, après quelques plongées dans les eaux profondes du couple et de chacun.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s