Identité sexuelle : quelques rappels

Compte tenu des débats actuels, il ne me parait pas inutile de revenir sur quelques notions de base en matière d’identité sexuelle. Quelques définitions tout d’abord :

l’identité sexuée est l’aboutissement logique d’une chaîne de transformations biologiques. Au départ, le sexe chromosomique (XX ou XY) détermine le sexe gonadique (gènes permettant l’apparition des ovaires ou des testicules) aboutissant enfin au sexe phénotypique, celui qui est visible à la naissance et déclaré à l’état civil.
A chaque étape peuvent apparaître des anomalies troublant cette séquence logique, et entraînant donc une distorsion entre le sexe chromosomique et le sexe phénotypique.
(Point intéressant à noter, le sexe est indifférencié jusqu’à la 7ème semaine).

En matière d’identité de genre, ce terme fait référence aux critères comportementaux, sociaux et légaux que la société conçoit comme masculin ou féminin. En effet, toutes les cultures se fondent sur une catégorisation des individus en fonction de leur sexe et assignent à ceux-ci des rôles différents.
Il n’est pas inutile de rappeler que cette identité de genre est relative puisqu’elle varie dans l’espace et dans le temps.

Généralement, l’identité de sexe et l’identité de genre sont cohérentes et convergent.

Mais une autre dimension est encore à prendre en compte : l’acquisition psychologique de l’identité sexuelle.
Le développement psychosexuel est en effet un long processus d’imitations, d’éducation, d’apprentissages à partir de représentations et de modèles que l’enfant intériorise peu à peu.
Il existe plusieurs modèles pour appréhender cette question de l’identité sexuelle. Je ne ferai que les nommer : le modèle psychanalytique évoquant la notion de bisexualité psychique, le modèle cognitiviste, le modèle de l’apprentissage social.

Devenir un individu sexué fait donc partie de la construction identitaire et prend en compte tous les aspects évoqués ci-dessus. Il s’agit de la conséquence d’une interaction complexe entre des facteurs biologiques, cognitifs et environnementaux.
Ne retenir que l’aspect physique visible reviendrait à ignorer toute la part invisible, à la fois physique, sociale et psychologique.
Garder ces notions en tête est essentiel pour éviter toute pensée simpliste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s